L’assertivité au travail, est-ce que ça compte ? -

L’assertivité au travail, est-ce que ça compte ?

À quoi ça sert d’être assertif au travail ?

L’assertivité au travail est sans nul doute un élément clé des compétences à développer pour améliorer ses conditions de vie au bureau et se bâtir une carrière en toute sérénité. En effet, l’assertivité est utile dès que l’on interagit avec quelqu’un et les occasions ne manquent pas. On échange sans cesse avec différents interlocuteurs : hiérarchie, clients, fournisseurs, collègues, collaborateurs… On s’adresse à chaque catégorie d’interlocuteurs avec des codes qui peuvent varier du tout au tout.

En effet, vous ne communiquerez pas de la même manière avec un collègue de votre service que vous connaissez bien, de la même façon qu’avec les collègues d’autres services que vous ne voyez que lorsque vous avez besoin d’une aide spécifique. Mais ce n’est pas tout, les moyens utilisés aussi sont divers. Communiquer oralement, face à face, avec un collègue dont les enjeux et objectifs convergent est relativement simple.

En revanche, résoudre un problème avec un service dont les intérêts divergent, mais avec qui vous partagez des ressources limitées en situation de stress, peut facilement déboucher en un conflit. On doit alors tenir compte de ces différences et adapter, au moins sa communication et parfois aussi ses priorités, pour travailler en bonne intelligence et atteindre les différents objectifs auxquels on est tenu.

Adopter une attitude assertive au travail, c’est tout d’abord, savoir différer les réactions émotionnelles comme la colère, l’agacement ou le dépit. C’est aussi, s’exprimer de manière à faire entendre l’ensemble des besoins qu’il est nécessaire de combler pour mener à bien son travail. Mais, au-delà de ses objectifs, tout individu a besoin de combler d’autres besoins comme le besoin de lien, de reconnaissance et de structure.

La différence : une limite à l’assertivité au travail ?

Aussi, l’assertivité au travail ne se résume pas à subvenir à ses propres besoins. On est tous confrontés à un certain nombre de contraintes et de limites : personnalité, croyances, opinions, objectifs, priorités… de son entourage au bureau. Difficile de ne pas tenir compte des besoins, parcours et histoires de ses interlocuteurs sans créer de friction. Parfois comprendre que les autres sont différents peut être une vraie révélation. Accepter et tenir compte de ces différences permet d’améliorer durablement ses relations au travail.

Définition rapide de l’assertivité

On peut définir l’assertivité au travail comme l’aptitude d’une personne à exprimer de façon claire et explicite ses besoins, désirs, pensées et émotions en lien avec son activité professionnelle de façon honnête, respectueuse et responsable. Rien de plus “utile” pour créer une atmosphère cordiale de coopération dans laquelle chacun fait circuler l’information et peut atteindre ses objectifs sans faire obstacle et contribuer au travail des autres. 

Être assertif, c’est aussi être créatif

L’assertivité est également un excellent moyen d’être créatif, ou plutôt, un préalable à la créativité. En effet, une attitude assertive permet l’ouverture nécessaire pour trouver des solutions tenant compte des besoins qui pourraient être incompatibles et donc être source de conflit.

La communication assertive réduit ainsi sensiblement les tensions et contribue à l’efficacité des équipes de travail. En effet, une culture de l’assertivité en entreprise ouvre un espace propice à la négociation. Cet espace permet notamment de donner la priorité au résultat à atteindre, au projet à aboutir et incite à la coopération et à l’argumentation des propos tenus et des besoins exprimés.

Les limites de l’assertivité

Vous avez compris l’intérêt de la communication assertive au travail. Certains pensent qu’elle n’est pas toujours possible en raison de structures hiérarchiques trop verticales dans les organisations. Pourtant, ce n’est pas parce qu’un interlocuteur ne connait pas ou ne veut pas être assertif, que l’on ne peut pas l’être soi-même. Développer une attitude assertive, ne veut pas dire obtenir gain de cause à chaque désaccord à travers de techniques d’assertivité. On pourrait alors associer cette dernière à la manipulation alors qu’elle permet plutôt de s’en écarter.

Être assertif, c’est donner l’opportunité pour qu’une relation de coopération se tisse durablement. Dans tous les cas, être assertif, c’est marcher sur son propre chemin de croissance personnel. Ce n’est pas toujours de tout repos, mais à moyen terme, on obtient des résultats encourageants qui dépassent de loin la sphère professionnelle.

Assertivité au travail

Comment développer l’assertivité au travail ?

Les avantages de l’affirmation de soi

Se conduire de façon assertive est un excellent moyen de défendre ses droits tout en respectant son interlocuteur. Savoir stopper une situation sans crainte de ce que la personne en face pourrait penser, exprimer un désaccord en réunion et exposer son point de vue ou encore, savoir demander de l’aide, sans crainte, quand on atteint ses limites sont des comportements qu’on adopte de plus en plus naturellement lorsqu’on applique les principes d’assertivité ou d’affirmation de soi.

L’intérêt premier de la communication assertive

Si vous doutez encore de l’intérêt d’adopter une attitude plus assertive au travail, il y a un avantage qui devrait vous encourager à franchir le pas. En effet, enclencher une dynamique constructive et positive dans la communication vous permet de désamorcer la plupart des tentatives d’agression, de manipulation ou de conflit de la part de vos collègues ou de votre hiérarchie. Je dirais même que vous ouvrez la porte au dialogue et montrez le chemin pour une atmosphère de travail plus cordiale et chaleureuse. Qui ne rêve pas de se sentir un peu plus chez soi au travail ?

L’assertivité au travail : votre nuance de gris

Les compétences en assertivité viennent avec la pratique. Pas de mode on/off (marche/arrêt) quand on découvre ce mode de communication. Vous pourrez progressivement les développer tout en ressentant rapidement les bénéfices. Des livres entiers existent sur l’assertivité au travail, pourtant il est inutile de devenir un grand théoricien. J’aime comparer cette montée en compétences avec les démarches artisanales.

En effet, on peut se procurer la meilleure recette de pain qui existe, mais ne pas réussir ses premières fournées. C’est la pratique qui fait l’artisan et non pas la connaissance.

L’alchimie de l’assertivité au travail

Il est possible que vous ayez toute la connaissance et la volonté de pratiquer et que vous ne réussissiez pas. J’y vois deux causes possibles.

Tout d’abord, passer à la pratique vous entraîne au-delà de votre zone de confort : c’est donc inconfortable, il est possible de mettre la barre un peu moins haut pour démarrer, néanmoins vous commettrez probablement des erreurs. Dites-vous qu’elles sont nécessaires.
Par ailleurs, l’assertivité est liée étroitement avec la gestion des émotions et l’estime de soi, auriez-vous besoin de la développer pour oser ? C’est en forgeant que l’on devient forgeron et plus, vous serez à l’écoute de vos émotions et plus elles vous seront utiles pour parvenir à vos fins.

assertivité au travail

S’entraîner à l’assertivité en 3 étapes

Il existe plusieurs techniques et stratégies pour améliorer sa communication assertive. Cependant, comme je disais plus haut, c’est la pratique régulière qui apporte le plus de résultats. Voici donc trois étapes simples pour s’entraîner les plus souvent possible :

  1. Pratiquez l’écoute active : écouter attentivement son interlocuteur pour comprendre le fond de sa pensée, ses intentions, besoins et désirs tout en manifestant un intérêt sincère.
    Écouter activement ne veut pas dire être d’accord, mais c’est faire preuve de considération. Ce comportement produit une réaction d’empathie envers son interlocuteur et permet d’établir un rapport de confiance.

  2. Exprimez vos retours clairement (sans agressivité ni arrière-pensées). Faites des retours sincères et courtois à votre interlocuteur tout en gérant vos émotions. Vous êtes responsable de vos ressentis. Préférez les mots et expressions qui expriment de la complémentarité, de la nuance à l’expression du désaccord ou de l’opposition.

  3. Explicitez vos souhaits pour la suite. Répondez à la question : “qu’est-ce que je souhaite à présent ?” Après avoir écouté, communiquez clairement vos désirs, besoins et intentions tout en veillant à respecter les besoins de votre interlocuteur. Évitez d’imposer vos désirs. Ne forcez pas votre interlocuteur à accepter vos demandes. Restez centré sur la dynamique de coopération.

Gardez bien à l’esprit ces dernières recommandations : soyez factuel, privilégiez le « je » et bannissez tout type de jugement ou d’interprétation des propos de votre interlocuteur. Restez bien dans le contexte et rappelez-vous que l’on ne gagne pas à tous les coups.

Vous l’aurez compris, ces trois étapes sont clé. Je viens de vous décrire un vrai protocole simple à mettre en place pour pratiquer l’assertivité au travail dès que la situation devient délicate. En effet, vous pouvez l’utiliser parce que vous sentez qu’on empiète sur vos droits ou que vous rencontrez un obstacle dans l’atteinte de vos objectifs. Vous pouvez également l’utiliser si vous occupez un poste de management et faites face à des revendications.

Vous avez probablement compris que ces trois étapes simples dépassent le cadre de l’assertivité au travail et peuvent être également appliquées avec succès pour améliorer ses relations dans un cadre privé : relations de bon voisinage, amis et famille.

Si vous m’avez lu jusqu’ici, vous avez compris la portée et la puissance de l’assertivité au travail. J’ai déjà entendu des collègues en formation s’exclamer parce que ces outils pouvaient être utilisés à mauvais escient.

En effet, quelqu’un de trop centré sur soi pourrait être tenté de manipuler. C’est donc de votre responsabilité d’en faire bon usage. Ceux qui penchent sciemment du « mauvais côté de la force » finissent par le payer un jour ou l’autre. Ils sont généralement condamnés à s’isoler ou à s’entourer d’autres manipulateurs.

Appliquer l’assertivité au travail, c’est veiller à porter des valeurs de confiance, de coopération, d’empathie et c’est s’assurer un meilleur bien-être sur le long terme.

Les 3 clés pour s'affirmer PDF

Besoin d’un coach en assertivité pour gagner du temps ? Suivez le lien.

C’est le bon moment pour vous ? Vous souhaitez bénéficier de votre séance stratégique offerte ? Réservez votre créneau en suivant ce lien.

Laisser un commentaire

Temps de retrouver la niaque ?

Découvrez l'assertivité

Apprenez à vous affirmer avec bienveillance