Comment capter l’attention de son public

Capter l'attention du public

Capter l’attention de son public à travers le discours

Pourquoi capter l’attention de son public ? Question idiote me direz-vous.

Peut-être, et si vous le pensez, vous avez probablement raison. Pourtant, n’avez-vous pas déjà vu des orateurs, qui bien qu’elles tenaient le pupitre, ne paraissaient pas moins transparentes à vos yeux ? Non seulement vous n’étiez pas gêné pour elles, mais en plus, vous vous laissiez facilement distraire par toute autre chose : votre prochain rendez-vous, votre liste de courses ou encore un commentaire sans intérêt de votre voisin.

Les freins qui empêchent de capter l’attention du public

Si on fait des hypothèses sur les raisons de votre manque de concentration, on peut dresser une liste assez longue. Cependant, on peut les regrouper en cinq catégories de freins qui empêchent l’orateur, on peut aussi l’appeler le locuteur ou émetteur, de toucher son public. Il peut :

  • être trop centré sur soi
  • être trop confrontant
  • ne pas maîtriser son sujet
  • ne pas avoir clarifié son message
  • ignorer son auditoire
  • bâcler sa préparation

J’ai envie de dire : dommage. Oui, en effet, car s’il a réussi à rassembler un public, c’est que ce dernier pense qu’il est légitime pour parler. Le locuteur rate une occasion en or pour avoir des retours sur ce qui l’occupe ! Personnellement, j’ai besoin de parler de ce que je fais. Quel intérêt pourrions-nous avoir à prendre la parole si ce n’est pour obtenir au moins un feedback ?

Nous avons tous connu cette expérience, soit en tant que public, soit en tant que locuteur : le public n’écoutait pas mais était-ce vraiment sa faute ? Il arrive souvent que lorsque l’on se trouve dans cette situation on ait peur d’avoir à gérer les critiques.
Pourtant, quand on nous offre l’occasion de prendre la parole, chercher à capter l’attention de son public c’est une preuve de respect envers soi autant qu’envers son auditoire.

Augmenter ses chances d’être écouté

Revenons maintenant à nos moutons. Je me suis engagé à vous parler du discours. Voyez-vous dans la liste l’élément sur lequel je veux attirer votre attention ? Bien évidemment, on va s’intéresser à la “maîtrise du sujet”.

En effet, si le locuteur sait ce qu’il veut dire et comment il veut faire passer ses idées, il augmente considérablement ses chances d’être écouté mais aussi de passer un moment agréable.
Trève de questions rhétoriques, allons droit au but. Vous avez à prendre la parole et ce que vous voulez à tout prix éviter c’est qu’on ne vous écoute pas.
“Les mots peuvent ressembler aux rayons X ; si l’on s’en sert convenablement, ils transpercent n’importe quoi.”
Aldous Huxley

Captiver votre public grâce aux mots

Le premier point sur lequel nous devrons nous attarder est la demande. Qu’est-ce qu’on attend de moi ? Pourquoi c’est moi qu’on invite à prendre la parole ? Suis-je légitime ? Ai-je la compétence pour répondre à cette demande ?

Le deuxième point à aborder est votre pourquoi : quelle est la raison pour laquelle on prend la parole ? Est-ce une demande, une volonté propre ou un besoin ? Qu’est-ce qui nous motive ? Il est possible qu’au moment où on se pose la question pour la première fois, on n’ait qu’une réponse vague. OK, c’est un début qui permet de passer à la suite.

On prendra le temps de revenir sur ce point avant le jour J. Oui, il faudra y revenir. Nombreux sont ceux qui prennent la parole avec une idée vague de leur pourquoi et se contentent de répondre à la sollicitation sans même se demander si ça suffira à capter l’attention de son public. Cela donne facilement des discours formels, creux, décalés… Préciser son pourquoi à mesure que l’on crée son discours permet de s’approprier ce moment tout en s’ajustant aux attentes.

Délimiter le sujet pour le maîtriser

Je crois que tout sujet si spécifique soit-il peut nous faire emprunter des chemins plus ou moins tortueux pour en parler. Il est facile de se laisser toucher émotionnellement par un sujet et de faire alors des digressions qui nous font faire du hors sujet. Délimiter le sujet sera donc une garantie de parler à propos tout le long de votre intervention. Les limites de votre prise de parole s’appuient sur les deux premiers points ci-dessus. Aussi, en acceptant la demande vous avez validé qu’elle était alignée avec vos valeurs et votre pourquoi.

Pour délimiter le contenu de votre discours je vous propose une technique simple et efficace, la méthode du questionnement : le QQOQCCP. Celle-ci est souvent utilisée pour résoudre des problèmes mais je suis sûr que vous en voyez l’utilité. Le QQOQCCP est une façon de se rappeler les questions auxquelles il faudra répondre pour être efficace et pertinent : Qui, Quoi, Où, Quand, Comment, Combien, Pourquoi. Encore une fois le pourquoi, vous avez remarqué ? Il est partout !

La méthode du questionnement concerne aussi bien votre interlocuteur que vous même. Si quelques réponses risquent d’être les mêmes, vous remarquerez vite qu’il y a des divergences. Ces divergences constituent les points de vigilance mais aussi votre originalité.

S’impliquer pour augmenter son énergie

Ce point découle logiquement du précédent. Exploiter la méthode du questionnement donne une direction claire à l’exercice. En préparant votre prise de parole vous allez soit approfondir soit aiguiser la teneur de votre discours.

C’est ce travail qui va faire émerger votre positionnement. Vous savez que vous avez dépassé cette étape en sentant une certaine sérénité ou du moins une énergie que vous n’aviez pas encore. C’est à partir de là que peut émerger la sécurité intérieure mais aussi le plaisir de parler devant un auditoire.

Aider son auditoire à se positionner (si possible de votre côté)

Vous souhaitez toujours être écouté et vous aimeriez toucher votre public ? Pour atteindre cet objectif, il va falloir l’aider à se positionner, à réagir. Pour cela, ce que j’invite à faire systématiquement c’est de faire un peu d’introspection pour clarifier son intention. Quelle est votre intention, votre objectif en portant ces mots qui sortiront bientôt de votre bouche ?

En atteignant ce stade, si le message que vous vouliez faire passer pouvait être un peu vague, vous avez pu le mettre à jour et le rendre plus conscient. Ce message est à présent comme la cerise sur le gâteau. Inutile de le marteler, il découle naturellement de votre exposé. Il constitue l’idée que vous aimeriez que vos interlocuteurs retiennent. Et ils le retiendront probablement parce que vous l’incarnez pleinement.

Oui, vous l’incarnez car vous maîtrisez si bien votre message à ce stade que vous en êtes convaincu. Vous croyez intimement à ce que vous dites et cela ne peut avoir d’autre effet que de capter l’attention de votre public.

Vous souhaitez réagir à cet article, vous êtes libre de laisser un commentaire plus bas.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Bienvenue sur Amoilepublic !

Vous pouvez recevoir gratuitement le plan d'action pour vous débarasser définitivement de votre mauvais stress.

Une méthode pas à pas pour vivre plus sereinement vos apparitions et prises de parole en public.

Merci pour votre confiance !

Bienvenue !

Pour vous remercier de votre visite, recevez gratuitement le plan d'action pour se débarasser du stress.

Vous apprendrez une méthode pas à pas pour mieux vivre vos prises de parole en public à travers la mise en place un plan d'action simple.

Encore merci !

%d blogueurs aiment cette page :