Développer l'assertivité en 7 conseils clé - àMoiLePublic !

Développer l’assertivité en 7 conseils clé

Se faire une place dans un groupe dépend parfois davantage de l’assertivité que de l’absence de timidité. En effet, être timide et s’intégrer dans un groupe sont rarement incompatibles.
En revanche, notre passé, notre éducation et nos croyances peuvent nous empêcher de voir une réalité souvent plus simple et saine que celle que l’on perçoit. On ne sait pas quels sont les comportements vertueux, car on a cru qu’au travail ne prévalent que la compétition, l’agressivité, la manipulation ou encore la passivité pour éviter de se faire remarquer ou encore, éviter le conflit.

Je vous propose dans cet article quelques éléments pour comprendre ce qu’est l’assertivité, quels sont les comportements non assertifs qu’on a tout intérêt à repérer et cultiver quand on veut améliorer son bien-être et l’équilibre vie pro vie perso. Je vous propose enfin de découvrir les 7 clés pour gagner en assertivité.

Assertivité : Définition

La saine affirmation de soi est une compétence qui devrait être cultivée dès le plus jeune âge aussi bien à l’école qu’à la maison. Pourtant, ce qu’on nous transmet ressemble plus fréquemment à de la compétition, voire de la manipulation : « si tu fais ceci, tu auras cela », ou encore « c’est moi qui décide », « quand tu seras grand… ».
Une notion clé dans l’affirmation de soi, est celle de l’altérité. En effet, on ne peut nier les besoins, valeurs et envies de l’autre sans récolter ce que l’on a semé. Ce qui nous oblige à composer avec l’autre et à accepter parfois, souvent, mais pas toujours, de différer l’obtention de ce qu’on veut obtenir de nos interlocuteurs.

Quand on cherche la définition de l’assertivité dans le dictionnaire, on fait chou blanc. En effet, il s’agit d’un néologisme qui nous vient d’Outre-Atlantique que l’on doit à Andrew Salter. C’est donc la traduction de « Assertiveness » qui vient du verbe « to assert » qui veut dire affirmer. Un autre mot pour parler d’assertivité serait ainsi l’affirmation de soi.

Vaste et parfois nébuleux concept, n’est-ce pas ? En effet, l’assertivité est composée d’éléments de nature différente. Ces éléments se réfèrent à la capacité d’un individu à s’adapter socialement.
D’après une étude française publiée dans la revue Encéphale, le manque d’assertivité pourrait contribuer notamment à développer l’anxiété et la dépression. Andrew Salter, définit l’assertivité comme « la faculté à exprimer ses besoins et à défendre ses droits sans usurper ceux des autres ».

Les comportements non assertifs

On a pu identifier plusieurs types de comportements non assertifs type. Il s’agit de l’agressivité, de la manipulation et de la passivité.

On a tous en tête une définition relativement claire de ce qu’est l’agressivité : tendances visant à nuire, contraindre ou humilier autrui. Il peut arriver néanmoins d’être perçu comme agressif par quelqu’un sans avoir conscience de l’avoir été. En effet, sa propre sensibilité peut différer de celle d’un interlocuteur qui peut l’être davantage.

Il en est de même pour ce qui est de la manipulation qui est le fait d’influencer à son insu un individu ou un groupe. On peut manipuler sans en être réellement conscient. On parle aussi de comportement passif-agressif qui peut se manifester chez les personnes avec une faible estime de soi.

En ce qui me concerne, je pense que la passivité est le comportement non assertif qui peut le plus échapper à notre conscience, car il est fortement lié aux croyances limitantes de chacun. Elle est considérée comme une soumission passive, un laisser faire ou encore, une absence ou faiblesse de réaction aux influences extérieures.

À quoi sert l’assertivité ?

L’assertivité est outil précieux pour développer des relations de coopération ou pour le dire autrement cultiver des relations harmonieuses durables.

Si l’on tient compte de tout ce qui précède, on commence à se faire une petite idée de ce à quoi cela sert.

En effet, l’assertivité est un excellent moyen pour tisser des relations équitables qui durent. Voici donc concrètement comment développer des comportements plus assertifs.

7 conseils pour développer son assertivité

1. Croyez en vous, développez la confiance en soi

Non, ce n’est pas seulement une injonction. Bien évidemment, il ne s’agit pas de décider simplement et voilà ! En effet, il est difficile d’adopter une attitude assertive par nature. Il est nécessaire d’abord de développer la confiance en soi et l’estime de soi afin de renoncer aux comportements non assertifs dans un premier temps.

En effet, s’obliger à agir de telle ou telle autre façon tout en restant dans un « mode survie » pourrait être vécu comme un sacrifice qui n’est pas moins délétère pour ceux qui le pratiquent alors que leur besoin est d’établir un périmètre de sécurité autour d’eux.

2. Acceptez de lâcher prise.

Vous ne pouvez pas tout contrôler et encore moins les gens autour de vous. Concentrez-vous sur votre zone d’influence. Vous ne possédez probablement pas toutes les clés et options.

3. Donnez-vous le temps de répondre aux différentes sollicitations.

En effet, sous stress, on a vite fait de réagir de façon émotionnelle en « bien » ou en « mal ». Quoi qu’il en soit, une réaction émotionnelle peut vous faire basculer facilement aussi bien dans l’agressivité que dans la passivité. Au final, vous êtes pleinement responsable des réponses que vous donnez.

Marquer une pause avant de donner sa réponse est, de toutes manières, salutaire. Vous pouvez ne pas avoir en tête tous vos engagements et la charge de travail que cela représente.

Donnez-vous le temps de consulter votre agenda et de vous remémorer que vous n’avez rien oublié. Vous n’êtes pas non plus obligé de vérifier à la seconde. Vous pouvez aussi noter la demande qui vous est faite en vous engageant à donner une réponse dans un délai acceptable.

4. Responsable, mais pas coupable.

Être responsable veut dire très simplement être capable de réponses. On peut dire que la responsabilité, nous permet d’assumer et répondre de nos actes sans tomber dans la culpabilité.
En effet, si vous tenez compte de ce principe, vous ne pourrez plus alimenter de culpabilité ou de reproches envers vous-même. Soit vous gagnez à travers une attitude assertive, soit vous apprenez à développer vos comportements assertifs.

5. Éviter de tomber dans le travers de la recherche du coupable

En cas d’erreur humaine ou de problème, on peut être facilement tenté de rechercher un coupable. En effet, la recherche du fautif est souvent une réaction plus ou moins consciente d’autodéfense par l’agressivité. Le comportement assertif dans ce genre de situation, est celui d’éviter de s’intéresser au QUI.
Intéressez-vous plutôt au POURQUOI et au COMMENT résoudre le problème. Cette attitude améliore automatiquement la qualité de vos relations avec votre entourage.

6. Apprendre à dire non

Savoir dire « non » quand cela vous paraît juste de le faire est une pratique incontournable. En effet, on peut être tenté de dire oui pour faire plaisir, pour ne pas décevoir ou encore par peur des représailles. Prendre cette option, c’est adopter un comportement passif. Quand c’est le cas, immanquablement, vous êtes en train de vous pénaliser, car vous n’écoutez probablement pas un besoin, une valeur ou une envie, tous trois légitimes.

Un autre souci, c’est que quand on considère juste de dire non et qu’on finit par dire oui, vous êtes en train de fausser la relation. Cette situation risque de se reproduire.

Ne vous mettez pas trop de pression, apprendre à dire non ou à stopper une situation, ça peut prendre du temps quand on n’a pas appris à le faire. Essayez donc la technique du sandwich : Dites d’abord du positif (reconnaissez votre interlocuteur d’une façon ou d’une autre tout en étant authentique), posez votre limite en disant non et terminez encore par une note positive.

Agir ainsi est, en effet, plus facile pour vous. C’est aussi plus aisé de s’entendre dire non quand on se sent d’abord reconnu par son interlocuteur.

7. Eviter de prendre la fuite

Accepter le conflit, c’est aussi accepter une réalité. Nous sommes tous différents, avec des besoins, valeurs, envies, compétences et visions du monde différentes. Le conflit est inéluctable.

En cas de reproche, on peut être tenté de se défausser ou de se trouver des excuses, voire de rejeter la faute sur quelqu’un d’autre.
Tentez de ne pas prendre les choses personnellement en adoptant une attitude proactive de résolution de problème.

Vérifiez que vous avez bien compris ce qui vous est reproché. Identifiez le dommage avéré. Avant de proposer une solution, accueillez les émotions de votre interlocuteur sans les rejeter ni les prendre pour vous. Trouvez une entente pour réparer dans des conditions et des délais tenables pour les différentes parties, vous inclus.

Où s’entraîner aux comportements assertifs ?

Vous l’avez certainement compris, le chemin est différent pour tout un chacun malgré des bases communes. Certains conseils vous ont parlé plus que d’autres. Commencez par le plus facile sauf si vous aimez les défis. Dans ce dernier cas, se challenger peut aussi être une voie.

Plus concrètement, il est toujours plus facile de s’entraîner à l’assertivité avec des personnes de confiance. Vous connaissez peut-être des personnes dans la même dynamique autour de vous. Dans tous les cas, si vous avez des enfants, commencez avec eux, car c’est le plus beau cadeau que vous puissiez leur offrir.

Vous avez le sentiment d’être au début d’un long chemin ? Allez voir du côté de la zone de confort ou encore sur le développement de l’estime de soi.

Vous avez probablement compris, à ce stade, les principes pour développer comportements assertifs, mais aussi leur philosophie. Si le sujet vous intéresse, vous pouvez découvrir ici quelques techniques d’assertivité ou encore l’importance de l’assertivité au travail.

Les 3 clés pour s'affirmer PDF

4 réflexions au sujet de “Développer l’assertivité en 7 conseils clé”

  1. Très bon « tour de la notion d’assertivité » ! Quand je l’avais découverte dans le cadre de mon job, le formateur l’avait résumée ainsi : « une main de fer dans un gant de velours » . Merci d’avoir insister sur les avantages de cette démarche qui ne doit pas être confondue avec une attitude de girouette.

    Répondre
    • Merci Nicolas pour ce retour.
      En effet, une main de fer dans un gant de velours fait partie de l’attitude à développer quand on parle des comportements assertifs. Il ne se suffit cependant pas à lui-même.
      Je vous renvoie vers l’article sur les techniques d’assertivité.
      Bonne continuation !

      Répondre
  2. Bonjour,
    L’article est dense. Merci. Pouvez-vous me dire, en quelques mots, qu’est-ce qu’une personne assertive ?
    A la fois pardon et merci.
    Emma

    Répondre
    • Bonjour Emma,
      Merci à vous pour votre question. Pour y répondre, je crois que le mieux est de reprendre l’expression d’Andrew Salter : Une personne assertive est celle qui a développé sa faculté à exprimer ses besoins et à défendre ses droits sans usurper ceux des autres.
      Il s’agit d’une personne qui sait trouver des accords gagnant / gagnant avec ses interlocuteurs alors même que leurs objectifs diffèrent.
      Bonne continuation !

      Répondre

Laisser un commentaire

Besoin d'une longueur d'avance ?

Je passe à l'action

Retrouvez le plaisir d'aller au bureau.