Contrôler ou lâcher prise, que préférez-vous ? - àMoiLePublic !

Contrôler ou lâcher prise, que préférez-vous ?

lâcher prise

Nous passons une partie de notre énergie, de notre temps mais aussi de notre argent à réduire les aléas et le caractère imprévisible de notre vie, de nos activités, de notre environnement, de nos objectifs et projets.

L’ironie du sort, c’est quand une crise mondiale vient frapper à notre porte et remet en cause une grande partie de nos habitudes, de nos choix et de nos certitudes. Nos vies sont clairement bouleversées. Certaines des nos relations changent brusquement de nature mais notre environnement change aussi fortement.

Qui aurait cru un an plus tôt que nous nous habituerons au port du masque ? Plus personne ne parle de la gène qu’ils occasionnent. Ne vous êtes-vous pas “un peu” habitué à votre nouvelle façon de saluer ou de ne pas saluer les personnes que vous croisez ?

Je n’avais jamais remarqué autant d’employés de magasin ne pas saluer depuis le début de la crise sanitaire Je ne m’étais jamais senti aussi anonyme.

On aime dire, et je m’inclue dans le “on”, que notre monde est de plus en plus complexe. Pourtant, quand je suis tombé sur ces quelques mots d’Héraclite, je me suis dit qu’il ne s’agit pas d’une surenchère de la complexité, mais plutôt d’une quête effrénée de contrôle.

Pourtant cette crise comme tant d’autres ou encore les catastrophes naturelles nous enseignent l’humilité. C’est l’occasion aussi, un peu, d’apprendre l’utilité d’un certain minimalisme ou frugalité dans notre mode de vie pour opposer à la recherche de contrôle celle du sens.

Comment lâcher prise ?

Donner du sens à ce que nous faisons. Donner la priorité aux projets et actions qui font vraiment sens pour nous malgré l’inconfort de l’inconnu. Comment donner davantage de sens à nos choix ? En nous posant des questions : “Pourquoi”, “Est-ce bien vrai que…”. Lâcher prise n’est pas s’en foutre, c’est donner du sens à ce qui nous arrive.

Lâcher prise, c'est si bon !

C’est ainsi que j’interprète ces mots du philosophe : “Attendez-vous à l’inattendu”. Non, ce n’est pas une invitation au contrôle de nos vies mais plutôt au lâcher prise. Nous ne sommes que peu de chose face à l’univers : consacrer de l’énergie à vouloir contrôler ce qui ne peut pas l’être c’est perdre son temps. Autant faire ce qui compte ici et maintenant.

Attendez-vous à l’inattendu

Heraclite

Cette dynamique recèle des bénéfices inattendus, c’est le cas de le dire. En effet, en acceptant le lâcher prise on renforce sa relation à soi. Jean-Paul Sartre a dit : “L’être dit libre est celui qui peut réaliser ses projets. Je vous laisse découvrir le lien.