Qu'est-ce qu'est une préoccupation ? Définition

Vous arrive-t-il d’être préoccupé ?

Parfois, il peut m’arriver de sentir comme si j’avançais à reculons. J’ai pourtant envie de m’y mettre, mais rien n’y fait. C’est comme si une paroi de verre m’empêchait d’avancer dans mon quotidien. Eh oui, c’est ça. Je réalise que mes préoccupations ont pris le dessus et mon mental s’agite ou une certaine charge émotionnelle prend toute mon énergie.

Je vous propose de voir ensemble comment démêler un peu tout cela.

Que disent de vous vos préoccupations, le savez-vous ?

Le pessimisme et le manque d’affirmation de soi sont deux traits différents que l’on peut voir chez les personnes préoccupées de façon constante.

Le pessimisme est souvent associé à des pensées et des sentiments négatifs. Ces sentiments pourraient conduire à un manque de motivation. Cette dernière pourrait alors déboucher sur un manque d’entrain, d’énergie pour agir, et donc de productivité. Bien que le lien entre le manque d’énergie pour agir et la préoccupation ne saute pas aux yeux de tous, j’aimerais vous entraîner un peu plus loin encore. Vous allez voir, ce détour en vaut la peine.

En effet, l‘affirmation de soi est connue comme la capacité à se défendre tout en respectant les opinions des autres. Certains connaissent cette compétence sociale sous le nom d’assertivité qui se définit d’une manière un peu plus large. Cette compétence peut vous aider à rester concentré sur vos objectifs et à y travailler sans être distrait par la négativité ou la préoccupation.

Avant de vous perdre, j’aimerais poser une base. Allons donc voir ensemble la définition de « préoccupation »

Préoccupation, définition

Le CNTRL définit ce concept ainsi : « État d’un esprit occupé de façon durable, dominante, voire exclusive, par une idée, un sentiment, un souci ». Je suis certain que vous commencez à voir le lien avec la baisse d’énergie et de productivité. N’est-ce pas ? Mais, allons un peu plus loin avec une petite recherche étymologique.

Toujours d’après la même source, l’étymologie du verbe préoccuper est éclairante. Préoccuper pourrait se traduire par “saisir prématurément”.

En fait, c’est comme si on anticipait un résultat avant l’heure et que cette anticipation excessive nous détournait de notre responsabilité. Il s’agit d’un état mental que l’on peut rencontrer dans de nombreuses situations : le fait de ne pas être préparé à un examen, à une prise de parole en public, une négociation salariale…

Préoccupation vs Préparation

Le fait de se préoccuper pour quelque chose qui ne s’est pas encore produit, viendrait, potentiellement, d’un sentiment de manque de contrôle sur une situation. C’est ce que nous pourrions appeler « l’inquiétude négative ». Autrement, se sentir anxieux peut également être causé par un excès d’énergie ou un stress qui rend difficile de rester centré sur le présent et ce qui doit être fait. On peut parler alors « d’inquiétude positive ». En effet, dans ce cas, vous pouvez avoir l’impression que vous devez faire quelque chose de cette anxiété plutôt que d’agir.

Dans les deux cas, une préoccupation mal gérée, pourrait déboucher sur un manque de confiance en soi.

Comment agir ? Vous l’avez certainement deviné, mais c’est important de se le dire : distinguer ce qui est dans votre zone de contrôle de ce qui ne l’est pas. En effet, vous n’avez pas de contrôle sur le résultat, car il est difficile de tout prévoir. En revanche, vous avez un certain contrôle sur votre préparation et sur la façon d’investir votre temps disponible.

Que faire de ses préoccupations ?

Je suis convaincu qu’il n’y a que deux attitudes productives face à la préoccupation : agir ou lâcher prise. Comment savoir si vous devez agir ? Soit vous savez quoi faire et dans ce cas, agissez sans tarder, soit vous l’ignorez et dans ce cas… prenez un peu de bon temps. Souvent lâcher prise et se détendre un peu, permet de trouver ce que vous aurez à faire.

Agir et prendre soin de sa personne sont deux éléments clés pour une saine affirmation de soi.

Pour aller plus loin

Apprendre à mettre de côté ses préoccupations fait, sans aucun doute, partie des compétences sociales qui vous rapprochent d’un comportement assertif. Si vous vous questionnez sur son utilité, sentez-vous libre de consulter l’article qui en parle ici.

Inspiré, mais pas convaincu ? Consultez les articles sur l’alarmisme, le défaitisme ou la mélancolie. Ce sont tous des concepts proches du pessimisme. Cela étant dit, si la lecture vous a été difficile et que vous cherchez encore quelque chose, vous gagneriez peut-être à lire cet autre article sur la dépression.

Les 3 clés pour s'affirmer PDF

Laisser un commentaire

Temps de Prendre votre place ?

Découvrez l'assertivité

Apprenez à vous affirmer avec bienveillance