Trop bon trop con. Trop gentil ? - àMoiLePublic !

Trop bon, trop con, trop gentil…

Cessez d’être gentil en 4 questions

J’ai toujours eu du mal avec ce proverbe. « Trop bon trop con ». Est-ce que ça existe d’être « trop gentil » ? J’ai longtemps associé la gentillesse à l’altruisme et l’empathie.

Eh bien ça dépend d’à qui vous rendez service. Mais ça dépend aussi du pourquoi vous le faites. En quoi être « trop gentil » vous fait du tort ? Marre de vous faire avoir ?
Êtes-vous vraiment concerné par l’excès de gentillesse ? Quoi qu’il en soit, vous n’arrivez pas à vous en dépêtrer. Peut-être aussi qu’en croyant rendre service ou faire plaisir, vous faites plus de mal que de bien.

Je viens de jeter un pavé dans la marre. Désolé.

Il fut un temps où l’on m’appelait le gentil. En effet, je péchais par excès de gentillesse. J’étais trop gentil. Difficile d’en prendre conscience à l’époque. Il a fallu me vexer pour m’en rendre compte. J’en veux pour preuve ce qui m’est arrivé un jour avec des personnes que je fréquentais toutes les semaines au théâtre.

J’étais entouré de gens qui me connaissaient relativement bien et voilà que je joue la colère. Une colère à peine visible de mon point de vue. Pourtant, j’ai vu l’attention se focaliser sur moi et j’ai entendu : « il s’est mis en colère ». C’est alors que j’ai associé le « trop gentil » avec le manque de personnalité. Personne n’avait prononcé ces mots, mais mon amour-propre venait d’en prendre un coup.

C’est ainsi que j’en suis venu à m’intéresser à cette question : « peut-on être trop gentil ? ». La réponse est sans appel : oui, c’est tout à fait possible, on peut être trop gentil.

Les 3 clés pour s'affirmer PDF

C’est quoi être trop gentil ?

Quand on dit de quelqu’un qu’il est trop gentil, on pense parfois aux quelques profiteurs qui tournent autour de ces bons samaritains. On peut avoir de la pitié pour ces derniers.
Pourtant, lorsqu’on est concerné directement par ce comportement excessif, qu’on se fait avoir et que la culpabilité nous ronge, on peut être tenté de s’adresser un : « Trop bon trop con, ça t’apprendra« . C’est comme si en se traitant de « trop con », on cherchait un moyen de ne plus jamais se retrouver dans une telle situation.

Cela peut paraître, encore une fois excessif, mais le proverbe « Trop bon trop con » souligne la responsabilité de celui qui rend service. Il n’est plus question donc des profiteurs qui rôdent et dont il faut se protéger. Il s’agit de comprendre pourquoi on est parfois, souvent ou toujours « trop gentil ».

C’est un trait de personnalité qui n’est pas si rare. Même s’il n’est pas toujours visible de prime abord, il est bien présent chez de nombreux professionnels de la relation d’aide, des personnels de santé entre autres. Quand il est présent au travail, il est rare que ce trait ne se manifeste pas dans le domaine privé (familial, amical).

On est trop gentil, trop bon trop con lorsque ce comportement, a priori louable, se retourne contre soi.

  1. Quelqu’un en profite au détriment du gentil.
  2. Le gentil a trop anticipé les besoins de quelqu’un et se fait rabrouer

Vous retrouvez-vous davantage dans l’un ou l’autre des profils ? Il se pourrait que vous vous soyez retrouvé dans les deux. Mais, ne vous inquiétez pas. On peut tous s’en sortir de celle-là.

Pourquoi est-on trop gentil ?

On peut avoir différentes motivations pour mériter le sobriquet de « trop gentil ». À cet instant même, j’en compte trois :

  1. La volonté de manipuler consciemment dans un but précis
  2. L’envie de toujours faire plaisir (attendez-vous quelque chose en retour ?)
  3. La peur de dire non

Parmi ces trois motivations, je distingue aussi des sous-variantes. En effet, l’envie excessive de faire plaisir peut être passagère. Dans ce cas, elle est liée à une transition de vie.
En revanche, si elle est ancrée dans votre comportement. Si vous ne vous souvenez pas avoir eu un autre comportement un jour, ce n’est pas la même histoire. Dans ce cas, vous devrez redoubler d’attention pour cesser d’être trop gentil.
Pour ce qui est de la peur de dire non, je retiens également ces deux variantes : la passagère et la constante.

On ne s’attardera pas sur la première motivation. Ceux qui sont concernés par celle-ci ne sont pas parmi mes lecteurs ou souffrent de tout autre chose.

Revenons donc à nos moutons.

Dans les quatre variantes restantes, il est possible de regrouper les raisons fondamentales et les circonstancielles.
Les deux peuvent se traiter en coaching, mais ne requièrent pas du même timing. Les causes fondamentales sont souvent plus longues à résoudre, car les « trop gentils » ont besoin de prendre conscience de leur mécanisme comportemental.

Mérite-t-on le trop bon trop con ?

Il s’agit d’une question qui ne a pas de sens pour tout le monde. En effet, inutile de vous attarder dessus si vous ne vous avez jamais prononcé ces mots en parlant de vous-même. En revanche, si vous avez senti ne serait-ce qu’une once d’inadéquation ou de culpabilité, continuez votre lecture… Vous vous êtes fait remettre à votre place récemment alors que vous croyiez bien faire ? C’est peut-être que quelqu’un a senti l’excès dans votre gentillesse.

Vous avez aussi pu ressentir de la colère parce que vous êtes fait réellement avoir. Quelqu’un, un patron, un subordonné ou un simple collègue vous a fait miroiter une contrepartie contre vos bons services et vous attendez toujours qu’il honore sa parole.

Le trop bon trop con est désagréable à entendre, mais parfois de bonne guerre. En effet, c’est le cas si vous attendez quelque chose en retour sans l’avoir explicité clairement. C’est également à juste titre, si vous avez du mal à dire non.

Dans les deux cas, « la vie » nous envoie une alerte qui nous signifie que notre action, bien que gentille, n’est pas juste.

Comment faire pour cesser d’être trop gentil ?

Pour une fois, la réponse est relativement simple. Plus jamais on ne dira, ou vous ne direz de vous, trop bon trop con en appliquant ces quelques conseils.
Ne vous attendez pas à réussir du premier coup, mais si vous les appliquez, ils deviendront votre boussole dans les situations à risque.
Ces quelques clés vous permettront de détecter les tentations d’un excès de gentillesse de votre part. Si malgré tout vous décidez de céder, rappelez-vous d’une chose. Vous ne devez attendre aucune contrepartie en retour sauf en cas d’accord explicite mutuel.

  1. Ai-je été sollicité ?
  2. Ai-je les compétences pour répondre à cette sollicitation ?
  3. Ai-je les moyens matériels d’y répondre ?
  4. Ai-je le temps ?

Répondez toujours à ces quatre questions dans l’ordre proposé. Si vous répondez par la négative à l’une d’entre elles, renoncez à apporter de l’aide. Les risques que la situation se retourne contre vous sont importants.

Celui qui a peur de dire non, c’est qu’il a reçu une demande. Il ne doit pas pour autant minimiser les réponses aux trois autres questions.²
En effet, comment peut-on apporter une aide sérieuse sans les compétences nécessaires ? Comment aider sans moyens matériels (argent, outils…) requis pour le faire ? Enfin, comment ne pas subir un retour de bâton sans disposer du temps indispensable ? On ne peut pas déshabiller Paul pour habiller Jacques.

Les bénéfices à être moins gentil

trop bon trop con, trop gentil

Contrairement à ce que vous pourriez vous attendre, vous ne serez pas moins apprécié de votre entourage. Au contraire, vous serez plus aimé en faisant preuve d’un certain respect de vous-même.
Mais les bénéfices ne sont pas seulement d’ordre relationnel. Ils sont aussi d’ordre existentiel. Vous serez davantage estimé pour ce que vous êtes et non pas uniquement pour ce que vous faites pour les autres.
Si à tout hasard, les résultats se faisaient attendre, c’est que vous avez probablement à répondre à une autre question : quel sens à ma vie si je ne peux plus apporter mon aide aux autres ?
Vous aurez, au moins, plus de temps pour vous, ce qui au début pourrait vous angoisser.

Vous pourrez vérifier deux choses :

  1. Vous n’avez pas besoin de dire oui à tout pour rester en lien avec les autres.
  2. Vous n’avez pas besoin de chercher à faire plaisir pour être aimé. Si c’est le cas, c’est que vous êtes déjà avancé sur le chemin de l’assertivité. Dans ce cas, vous vivez vos relations aussi bien professionnelles que personnelles de façon détendue.

Arrêter d’être trop gentil, c’est un chemin de croissance personnelle qui oblige à se confronter à ses propres peurs et à sortir de sa zone de confort. Vouloir aller trop vite, c’est se tirer une balle dans le pied. En effet, c’est le meilleur moyen de revenir à des comportements dont vous souhaitez sûrement vous défaire.

Prenez votre temps et relisez cet article de temps en temps 🙂

C’est le bon moment pour vous et souhaitez améliorer vos compétences en management relationnel plus rapidement ? Vous pouvez réserver votre entretien de découverte offert en cliquant ici.

#tropbontropcon ?

Les 3 clés pour s'affirmer PDF

Laisser un commentaire

Besoin d'une longueur d'avance ?

Je passe à l'action

Retrouvez le plaisir d'aller au bureau.